Histoire du Siège

Histoire de style

De nombreux noms de sièges trouvent leur origine au XVIIIe siècle. Le vocabulaire mobilier de cette époque est l’un des plus riches et en même temps des plus imprécis qui soit. Chaque forme, chaque profil donnait alors lieu à une nouvelle appellation. C’est ainsi que des noms comme la Baigneuse, l’Ottomane, la Causeuse ou encore le Canapé en corbeille désignent des meubles aux grandes similitudes. D’autres noms sont plus anciens, comme la « chayère » du moyen âge, devenue la chaire, puis la chaire à bras est aujourd’hui non pas la chaise mais le fauteuil.

La France a beaucoup souffert des guerres. Henri IV crée la manufacture des Gobelins  et encourage les arts en envoyant les artistes français en Hollande et en  Italie. C’est pendant cette période que ce style nait

Le  « Louis XIII »  (1610-1643) :

L’assise et le dossier sont entièrement recouverts de tissu. Les accotoirs sont en bois. Les 4 pieds se rejoignent par ce que l’on appelle une « entretoise en H »

Le « Louis XIV » (1643-1715) :

Grandeur et éclat tel est le mobilier sous louis XIV. C'est un style qui se reconnaît à l'équilibre, au goût de la symétrie et au profond mépris pour le désordre. C'est par excellence la fin du meuble à usages multiples au profit du meuble individualisé et à une utilisation précise. Le siège a de haut et large dossier. L'accotoir se termine en volute ou en crosse, il repose sur un montant droit en balustre ou en console (Toujours dans le prolongement du pied). L'Entretoise est en "H" ou en "X"(Fin de style). La chaise paillée et colorée est très en vogue. La marqueterie Boulle est une innovation du style Louis XIV. Le Mobilier perd de sa rigidité Louis XIII au profit de "légères" courbes.

Le « Régence » (1715-1723):

Le siège reste relativement rectiligne mais le piètement devient oblique, les accotoirs ne sont plus désormais dans l'alignement du piètement mais en retrait. Des manchettes habillent l'accoudoir. L'entre-jambe qui a tendance à disparaître peut encore se rencontrer sous la forme d'un X. Les bois constituant le pourtour du dossier est souvent apparent. Le Siège canné est très en vogue.

 Le «  Louis XV » (1723-1772):

 C'est l'avènement par excellence de la "maîtresse de maison". Terminé les grandes suites solennelles des palais d'apparat. Les apparte

ments se réduisent pour faire place au confort, à des lieux mieux chauffés, plus intimes. Elégance et raffinement confortable, caractérisent le style. L'ornementation est fantasque mais toujours équilibrée et élégante.

Dossier  plat dit « à la Reine » ou dossier à cassure dit dossier en cabriolet. Pieds  cambrés garnis de fleurettes ou coquille. La ceinture du siège  est cintrée,  apparente ornée de fleurette, cartouche ou coquille. Les accotoirs sont attachés plus bas sur les dossiers, sont plus espacés à cause des robes à panier. Les supports d’accotoirs reculent.

 Le «  Louis XVI » (1774-1785):

Suite à la découverte de Pompéi, le goût pour l’art antique déchaine les passions. C’est le retour à la symétrie et à la ligne droite. L’inspiration redevient classique avec plus de légèreté et de sensibilité.

Les dossiers droits ou cintrés, ont une forme trapézoïdale, carrée ou en médaillon. Ils peuvent être en bois découpé aux formes de « lyre », de « gerbe » ou de « montgolfière ». Le haut des dossiers redevient droit, en chapeau de gendarme ou à clochetons. Les pieds sont droits souvent fuselés ou cannelés et se terminent par une boule. Le dé de raccordement est orné d’une rosace carrée en marguerite. Il réunit la ceinture au pied. L’ornementation est fine et élégante (cannelure, ruban, fleurs, pommes de pin…)

Le «Directoire » (1789-1800) :

Né dans une période perturbée, le style arbore des symboles représentatifs ( bonnets phrygiens, cocardes, piques). C’est surtout un style de transition entre Louis XVI et Empire.

Les sièges sont plus sobres et plus austères. Les pieds arrières sont de section carrée et s’évase en sabre

L’ « Empire » (1800-1815) :

Sous l'empire, les sièges, le plus souvent en acajou, deviennent plus lourds, moins maniables, plus amples; la grâce du XVIIIéme siècle disparaît pour faire place à une expression solennelle.

« Restauration » (1815-1825) :

Les  sièges Restauration, pleins de grâce, maniables et solides, sont particulièrement charmants. Les bois sont cintrés pour donner plus de douceur aux lignes empruntées à l'Empire et au Directoire. C’est le début du « Voltaire »

Le « Louis-Philippe » (1825-1845) :

Les sièges Louis-Philippe sont confortables et solides: leur silhouette reste assez massive.

C’est le début du « Crapaud » et aussi le l’industrialisation de meuble.

Le « Napoléon III » ( 1845-1885) :

Le Second Empire est par excellence l'époque des sièges. Jamais on n'inventa et on ne fabriqua autant de chaises, de fauteuils, de tabourets, de canapés et de poufs de toutes sortes.  Certains modèles sont néanmoins des copies de sièges Louis XV ou Louis XVI mais de grande qualité . Quelques ébénistes, travaillant pour la cour impériale ou pour quelques riches dignitaires, se spécialisent dans la fabrication de ces pastiches qui sont parfois si bien exécutés qu'ils peuvent aujourd'hui encore tromper des amateurs avertis.

D'une façon générale, le  Second Empire imite les fauteuils des styles précédents, mais on les trouve légèrement abaissés, et avec les bras et le siège proprement dit nettement évasés (dans le but de respecter les crinolines).

 

-Le capitonnage est très répandu: le fauteuil crapaud, apparu à l'époque Louis-Philippe, est d'usage courant.

 

-Les poufs sont, par excellence, les meubles à la mode.

L’art nouveau (1885-1914) :

Les sièges Modern Style ont une ligne très dépouillée et très nouvelle.  Ils sont, en général,  dépourvus d'ornementation sculptée, incrustée ou marquetée. Selon la théorie du Modern Style, c'est la forme elle-même qui devient ornementale.

L’art Déco (1914-1940) :

Comme depuis le milieu du 19° siècle, on assiste à une prolifération des formes sans lien entre elles et puisant dans toutes les sources historiques. Une tendance générale à l'étude rationnelle du confort se dégage toutefois et est assez caractéristique; elle se traduit par de nombreuses expériences (hauteur du dossier, forme du siège, importance du rembourrage, nature du revêtement...) qui ne sont pas toujours très heureuses.

Histoire abrégée de l’estampille

Une estampille est une signature. C'est une marque (un nom, symbole ou des initiales) apposée en creux dans le bois.L’art Déco (1914-1940) :

Les premières estampilles ont fait leur apparition vers 1720. Elles sont alors apposées rarement sur des meubles réalisés par des maîtres suivant des obligations déjà en vigueur depuis des décennies, mais non respectées.

 

L'estampille a été rendue obligatoire à la promulgation des corporations en 1743. Cependant, son usage n'a été légalisé qu'en 1751 par un édit royal. L'apposition de cette marque permettait aux contrôleurs de distinguer les ouvrages, et de taxer tel ou tel menuisier en fonction de la qualité et de la quantité des pièces fournies. Autant dire que les fraudeurs étaient nombreux, et les meubles non estampillés circulaient fort bien. Ce qui explique que l'on puisse trouver aujourd'hui des meubles de très belle qualité, mais non estampillés.

 

L'obligation d'estampiller les meubles a pris fin à la révolution française, avec l'abolition des privilèges. Cependant, de nombreux artisans ont continué d'apposer leur marque sur leurs créations.

Vraie ou fausse estampille ?

La grande majorité des estampilles est répertoriée dans des ouvrages spécialisés. Ainsi, la police de caractère, les particularités, la forme et la taille des lettres et des symboles sont respectées. Je vous conseille donc de vous procurer l'un de ces ouvrages. Ainsi, si vous trouvez une estampille différente de celle répertoriée pour le maître, il ne peut s'agir que d'un faux.

L'estampille était gravée dans un seul bloc de fer. Il est donc impossible de trouver un nom frappé de plusieurs lettres décalées, ou avec une empreinte d'intensité différente d'un caractère à l'autre. Il s'agit là de lettres frappées une à une, donc d'un faux. Une astuce découlant d'un principe simple, peut vous permettre à coup sûr de déceler un faux : les fers à estampiller étaient fabriqués manuellement. Les caractères avaient très souvent des petits défauts. Repérez ces défauts, et comparez les avec l'estampille que vous avez sous les yeux.... et vous saurez.

La règle : 1 fer unique par atelier. Rares sont les artisans utilisant 2 fers. Tous les meubles sortant de l'atelier du même maître avaient donc les mêmes défauts.